25 heures de train de Chennai à Mumbai

Capture d’écran 2016-04-14 à 17.11.27

Parce qu’il comprend une journée et une nuit entières, le voyage en train de Chennai à Mumbai constitue une véritable immersion dans le microcosme de la vie – des vies – indienne(s).

Si les trente arrêts qui ponctuent le trajet entrainent un flux continuel de nouveaux visages dans les wagons, la grande majorité des voyageurs fait le trajet dans son intégralité, reprenant ses habitudes quotidiennes le temps de 25 heures.

Cette expérience, exceptionnelle pour nous, ne l’est pas du tout pour les indiens qui nous entourent puisque l’on estime que 18 millions d’entre eux se déplacent en train chaque jour.

L’immense train, au look assez vintage, se transforme rapidement en petite ville ambulante, aux différents quartiers : des plus riches, les premières classes climatisées et espacées, aux plus défavorisés, les dernières classes, bondées et sans climatisation.

Chaque wagon devenant ainsi un petit quartier, chaque compartiment – de 8 personnes – aménage sa véritable petite vie domestique. Les voyageurs, contraints par le manque d’espace de partager ces 25 heures nez-à-nez, se rencontrent vite, échangent, déballent leurs affaires. Nappes, assiettes, couverts, sacs, jeux pour les enfants, affaires de rechange, trousse de toilette, lit pour les bébés, tout y passe … rendant tout déplacement presque impossible.

Notre nouvelle petite famille nous intègre vite en baragouinant quelques « Where are you from ? Do you want some ? » et nous sentons que le voyage ne va pas être si long. Un vieil homme sage dans son coin, parlant très bien anglais, détourne quelques instants son regard du Chennai Express, et s’interroge sur notre présence ici. Curieux, il nous offre quelques gâteaux de cajou pour en savoir plus. En face, des parents avec leurs deux filles, nous abordent rapidement avant de se consacrer, les 25h durant, à occuper leurs chéries : i-phone, cadeaux, chocolats, sandwichs, thalis, bol de riz, glaces… tout est bon pour calmer ces deux enfants rois qui réveillent tout le wagon par leurs hurlements à chaque fois qu’on ne cède pas à leurs caprices. Le père est Product Manager chez Johnson et Johnson, la mère web designer… l’incarnation de la classe moyenne supérieure récente qui gave démesurément sa progéniture.

Quand la nuit tombe, les discussions cessent peu à peu et chacun prépare son lit, un peu étroit mais confortable. Les vendeurs eux s’entassent dans le peu d’espace entre les wagons, pour s’endormir au son du klaxon et des cliquetis des rails.

Nous, nous avons pu dégoter in extremis la veille deux « emergency tickets » pour trois. Il faudra donc qu’une de nous dorme debout ! Pour repousser le douloureux moment du sacrifice, nous entamons un film en espérant qu’une place se libère d’ici là. Que nenni.

C’est finalement aux alentours de deux heures du matin qu’un Indien vient nous réveiller nous expliquant qu’il est insomniaque et qu’il nous laisse sa place… nous pourrons donc dormir quelques heures avant que notre ville sur rail se réveille tôt, très tôt.

Nous sommes réveillées au son des « Chai !, Coffee !, Idli !… ». Notre compartiment s’est déjà bien activé ; les journaux sont dépliés en guise de nappe, les naan déballés, les sauces ouvertes. On oublierait presque que l’on est dans un train. En tout cas on n’oublie pas que l’on est Inde en prenant le petit déjeuner le plus épicé de notre vie.

 

IMG_7793

photo 2

Adèle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s