Anna et Camille Meloto – Manille, Philippines (English + Français)

—- Version française en dessous —-

Society as a whole has to be more supportive so that women can shine.

IMG_1331Right before their first meeting of the day, the Meloto sisters, Anna and Camille, welcome us at the headquarters of Human Heart Nature, the social enterprise they created in 2008, offering natural beauty and care products in the Philippines. In this shop located in Quezon City, Manila, we are setting up our camera and sound recorder for the very 1st « two-voices interview » of Celles de la Terre.

t

social business from father to daughters

 

We grew up in a family environment where our father started a nation-building enterprise.

Anna and Camille are the two daughters of Tony Meloto, founder of Gawad Kalinga, a movement launched in 1996 to solve one of the main problems in the Philippines : poverty. As he was looking for projects to contribute to the development of his country, Tony Meloto decided to learn more about poverty in the Philippines, to then help changing this environment.

Adressing the problem means you have to understand it first. He won’t undertand it in University, in an A/C office etc. It’s really more by going into the slums, to get to know the poorest, and find out what it is that causes so much poverty.

Step by step, Gawad Kalinga developed in the Philippines, coping with many problems causing poverty Anna and Camille were both witnesses of what their father was creating and wanted to find a way to contribute to it.

We wanted to contribute to this movement, to add our pieces to the puzzle. We realized missing pieces were sustainable jobs.

Human Heart Nature

t

The main goal of their social enterprise Human Heart Nature is to eradicate poverty in the Philippines : by providing dignified and well-paid work to employees, by using local and naturals products coming from communities, by making these products affordable for the whole society, etc.

We recognize that we can’t do it alone as an enterprise, we need a whole movement, a different way of thinking from more classic businesses, to be able to play a big part in eradicating poverty.

In a matriarcal society like in the Philippines, Camille points out that it is rather easy to be at the head of a company when you are a woman, or two…

We don’t fight being a woman in this type of position. We live in a very matriarchal society where people who actually excel in schools, in business and in different industries are also women.

IMG_1342

Anna deepens what her sister says, explaining the support they have from their family :

In our type of families, we like to live all together, in the same block and community. We are a village. It is very advantageous to have this support when you run a company, as a woman. As sisters, we share the burden. It is very filipino.

However, in such a developing country, where the very concept of social business is still very new, Human Heart Nature has to face many challenges, especially concerning policies and regulatory environment.

Hybrid way of defining social enterprise is about creating value and using it to spread wealth to people. And this is very new for everyone, even for the government that doesn’t support us a lot.

The government never adapted to this new type of company because Human Heart Nature is considered as a classic company that has to pay the same taxes, whereas its profit is mainly given back to partnered communities and to employees.

t

An adventure of entrepreneurship

 

Making the 1st step is the hardest part. You need to look at it as an adventure!

When they created Human Heart Nature, the two sisters were more excited than scared of launching such a project :

It is very exciting to be creating something that was only in your mind and then slowly seeing it becoming a reality.

According to Anna, « small wins » – like the first time they chose the design of a bottle, the first time a product came out in the market, the choice of a label, etc. – are much more important than obstacles to overcome. You have to celebrate these small wins : « That what fuels you ».

Her little sister Camille widens her vision to all the people who can be affected by their work :

If you realize your motivation is not only for yourself, and the potential of how you can affect other people, that will automatically push you not to be scared, to do something for the society, your family, a community, that it is worthwile.

Within this society – as matriarcal as it can be – Anna, the older sister, already wife and mother, tells us that we expect a lot from women, at work and at home.

Society as a whole has to be more supportive so that women can shine.

And this support has to come from the respect of every woman’s choices, without judging :

Being supportive of women choices without judging or putting extra pressure on them : accept if one wants to have a full-time carrier, or to have child care support at home, or to stay at home, or to get married, to stay single… All these are very valid choices.

Camille, the younger, advices us to know what is our worth.

Once you know what your worth is, everything that you do will come out : your confidence, your passion, your strength and your power to do everything.

 t

t

Version française : 

La société, vue comme un tout, doit montrer plus de soutien envers les femmes, afin qu’elles rayonnent.

IMG_1331Juste avant leur premier meeting de la journée, les sœurs Meloto, Anna et Camille, nous accueillent au siège de Human Heart Nature, l’entreprise sociale qu’elles ont fondée en 2008, distribuant des produits de beauté et de soin naturels et bio. Dans ce magasin de Quezon City à Manille, nous installons notre matériel pour la 1ère interview à deux voix de Celles de la Terre.

t
Le social business de père en filles

 

Nous avons grandi dans un certain environnement familial car notre père était en train de fonder un mouvement pour aider notre pays.

Anne et Camille sont les filles de Tony Meloto, le fondateur de Gawad Kalinga, un mouvement créé en 1996 pour résoudre un des principaux problèmes des Philippines : la pauvreté. En quête de projets pour contribuer au développement de son pays, Tony Meloto décida d’en apprendre plus sur le problème de la pauvreté aux Philippines pour aider ensuite à changer cet environnement et ces conditions de vie.

Pour résoudre un problème, il faut d’abord le comprendre. Il n’allait pas pouvoir le comprendre à l’université, ni dans un bureau climatisé. Il fallait aller sur place, dans les bidonvilles, pour apprendre à connaître le plus pauvre, à la comprendre et à trouver ce qui est à l’origine de toute cette pauvreté.

Par étapes, le mouvement Gawad Kalinga s’est développé aux Philippines, en affrontant les différents problèmes à l’origine de la pauvreté. Anna et Camille ont toutes les deux été témoins du travail de leur père et ont vite cherché à y contribuer également.

Nous souhaitons nous aussi contribuer à ce mouvement, ajouter nos pièces à ce puzzle.

t

Human Heart Nature

L’idée première de leur entreprise sociale Human Heart Nature est d’éradiquer la pauvreté aux Philippines, de plusieurs manières : en fournissant du travail digne et bien rémunéré aux employés, en utilisant des produits locaux et naturels issus de communautés partenaires des Philippines, en vendant ces produits à un prix accessible pour toutes les classes de la société…

Nous nous sommes rendues compte que nous ne pouvions y arriver seules en tant qu’entreprise, nous avons besoin d’un mouvement plus général, d’une nouvelle façon de voir les choses par rapport aux entreprises classiques, pour pouvoir jouer un vrai rôle dans l’éradication de la pauvreté.

IMG_1347Dans une société matriarcale comme les Philippines, Camille remarque qu’il est plutôt facile d’être deux femmes à la tête d’une entreprise…

Nous n’avons pas à nous battre en tant que femme quand nous sommes à la tête d’une entreprise. Nous vivons dans une société très matriarcale où les personnes qui excellent à l’école, dans l’entreprise et dans différentes industries sont des femmes.

Anna reprend les propos de sa petite sœur en expliquant ce phénomène par le soutien de la famille :

Dans notre type de famille, nous aimons vivre tous ensemble, dans le même pâté de maison, dans la même communauté. Nous sommes un village. Il est très avantageux d’avoir ce soutien de la famille quand on est à la tête d’une entreprise, en tant que femme. En tant que sœurs, on partage les tâches et les difficultés. C’est très « filipino ».

Cependant, dans un pays en développement comme les Philippines où le concept même d’entreprise sociale est encore très nouveau, Human Heart Nature doit faire face à de nombreux challenges, notamment concernant les réglementations.

La définition d’une entreprise sociale est hybride car l’objectif est de créer de la valeur et de l’utiliser pour améliorer les conditions de vie des personnes autour. Et cette conception est neuve pour tout le monde, même pour le gouvernement qui ne nous soutient pas beaucoup.

Le gouvernement ne s’est d’ailleurs pas encore adapté à cette nouvelle forme d’entreprise car Human Heart Nature est considérée comme n’importe quelle autre entreprise et doit payer les mêmes taxes et impôts, alors que son profit est principalement redistribué au profit des communautés partenaires et des employés.

t

Une aventure avant tout

 

Le premier pas est toujours le plus dur. Il faut l’envisager comme une aventure !

A la création de Human Heart Nature, les deux sœurs gardent en mémoire l’excitation qui a rapidement pris le dessus sur leur peur de se lancer :

C’est très excitant de créer quelque chose qui n’existait que dans notre esprit, et de le voir doucement devenir une réalité.

Anna considère que les « small wins », les mini victoires – comme la première fois qu’elles ont choisi le design d’un flacon de crème, la première fois qu’un de leurs produits a été commercialisé, le choix de leur logo, etc. – compensent largement les peurs et les obstacles à affronter. Il faut savoir célébrer ces victoires : « C’est ce qui nous donne de l’énergie. »

Sa petite sœur Camille élargit cette vision à toutes les personnes qui seront directement ou indirectement touchées par leur travail :

Si tu te rends compte que la motivation que tu as en toi n’est pas seulement pour toi, et que tu peux potentiellement changer la vie d’autres gens, tu seras automatiquement poussé à ne plus avoir peur, à faire quelque chose pour la société, la famille, la communauté, et c’est ça qui vaut le coup.

Au sein de cette société – aussi matriarcale qu’elle soit – nous dit Anna, la grande sœur, épouse et maman, on attend beaucoup des femmes, au travail comme à la maison.

La société, vue comme un tout, doit montrer plus de soutien envers les femmes, afin qu’elles rayonnent.

Et ce soutien doit notamment venir du respect des choix de chaque femme, sans émettre de jugements :

Il faut soutenir les choix des femmes sans les juger ou leur imposer une pression supplémentaire : accepter si l’une veut travailler à plein temps, avoir un soutien pour garder les enfants à la maison, rester à la maison, se marier, rester célibataire… Ce sont tous des choix acceptables.

Camille, la plus jeune, conseille plutôt de se chercher, afin de connaître ce que l’on vaut.

Une fois que vous savez ce que vous valez, tout le reste va venir avec : la confiance en soi, la passion, la force et le pouvoir de tout faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s