Awa Mbaye – Dakar, Sénégal

Awa2Ce n’est pas à Dakar que nous avons rencontré Awa pour la première fois. Il y a plusieurs mois, à Mumbai en Inde, au détour hasardeux d’une pharmacie, nous entendons parler français derrière nous. On se retourne et ce sont quatre sénégalaises qui rient de nous entendre également parler leur langue. Awa et ses amies nous présentent les cabas qu’elles ont dans les bras, des saris et d’autres objets en tout genre. Ces quatre femmes sont commerçantes. Elles parcourent le monde à la recherche de marchandises pour les revendre à Dakar. Elles ont donc fait escale en Inde à la recherche de tissus de qualité. Elles reviennent de Chine où elles ont fait le plein de jouets, de vaisselle et de prêt à porter, puis elles s’envoleront le lendemain pour Dubaï puis Istanbul. Quel périple ! Nous sommes impressionnées. Mais le nôtre les étonne aussi et nous nous donnons rendez-vous dans trois mois à Dakar.

C’est donc chez Fatima Shop, le magasin d’Awa que nous lui faisons la surprise de débarquer en juin. Sa boutique est envahie d’articles provenant des quatre coins du monde, elle est là, fière de son œuvre, dans un boubou jaune et marron qui lui va à ravir. Une femme « dans le business » comme elle dit, on n’en rencontre pas si facilement. Après qu’elle nous a montré les vidéos de ses mètres cubes de marchandises prêtes à embarquer dans un conteneur depuis le port de Guanghzou elle nous séduit définitivement et nous lui proposons de l’interviewer dans les prochains jours.

Awa est née à Dakar dans une famille de commerçants. Son grand père était très réputé dans le secteur. Elle en fit vite sa passion et démarra les affaires à 20 ans. Au départ elle vend « à ses copines, à qui elle faisait crédit et qui devaient la payer à la fin du mois » pour qu’elle-même puisse rembourser ses créances. Concernant ses destinations d’achat, Awa a vu de plus en plus grand et de plus en plus loin :

Ma mère achetait en Gambie et Côte d’Ivoire. Moi, j’ai démarré à Casablanca la première fois puis Istanbul et les Etats-Unis puis j’avais l’ambition d’aller en Chine, importer par conteneurs et ça a abouti, je suis partie en Chine puis à Dubaï et en Inde. 

Ma grande joie c’est d’avoir ouvert mon magasin l’année dernière, je le considère comme mon bébé.

Soutenu par son mari dans ses démarches, Awa parcourt le monde plusieurs fois par an dans le but de vendre des vélos à Noël, de la vaisselle pendant Ramadan, etc. Toutes ses ventes font d’elle une négociatrice hors pair, et quand on lui demande s’il est compliqué d’être une femme dans le business elle nous répond par la négative :

Je ne rencontre pas de difficulté parce que je suis une femme au contraire, quand je vais à l’étranger, je rencontre les femmes de mon pays ou d’autres pays et on s’entraide.

Bien que ses activités n’étaient pas le lot de la génération qui la précède, Awa reconnaît qu’il « serait très difficile pour elle d’arrêter de travailler ».

Il est indispensable d’avoir une très bonne éducation, pour participer au développement de ton pays. 

Awa est particulièrement admirative des femmes de son pays et des Africaines en général :

Les femmes africaines sont très courageuses parce qu’elles sont partout, elles travaillent beaucoup. Même si ce n’est pas le domaine du business. Il y a des femmes qui se lèvent à 5h du matin pour aller au bord de la mer chercher du poisson, pour aller au marché hebdomadaire et revenir pour revendre leurs provisions et subvenir aux besoins de leurs enfants.

Awa a aujourd’hui 43 ans, deux enfants, un mari et une boutique. Chacun de ses rêves s’est réalisé, son prochain voyage est prévu pour août, elle s’envolera pour Istanbul.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s