Hellen Atulo – Mundobebo, Kenya (English + Français)

— Version française en dessous —

IMG_1886

The problem with men in our county is the following one: when one of them finds  a way to do nothing and having everything done from his wife, he will rush to his men friends to encourage them to do the same. This is a disaster for development. 

Hellen Atulo is, in addition to being a mother of four, « chief of a county », meaning that she is legally responsible for more than 20 000 people in Mundobebo region, near Kisumu in west Kenya.

When I was a little girl, I dreamed of leading people and actually I think I fulfilled my dream because I now lead more than 20 000 persons. 

Hellen is a woman, and this is quite a big deal here. Graduated from Nairobi University in transport management, Hellen has been occupying this position for 7 years now and the changes kept on multiplying since she arrived.

The biggest difficulty Hellen had to face is naturally to hold a position with such responsibilities, which was never hold by a woman before. Classique. To be respected, Hellen has her own secrets that haven’t changed for 7 years.

I am committed to my duty. I am not a political person. I listen to everybody who comes to my office or at my place. I have high integrity and I am always transparent in the decisions I make. But most of all, I am always objective and fair. These are all the reasons why I am now respected by every one, even the ones who did not like me at the beginning.

Managing such a huge county is not always easy. Among the biggest challenges identified by Hellen, we first find ignorance, “Ignorance with a big I”, as she likes to say. Indeed the majority of the inhabitants of her county, most of them illiterate, have no idea of the law even the very basic texts. She thus has to explain the law to them, to obtain their trust – and this is the most difficult part when you are a woman – to make them know and respect the law.

Then comes poverty, sometimes it is so extreme that for some families it is just not possible to participate into the development projects implemented by the State. For most of the families, life is a day-to-day challenge, especially for the ones who have a non-agricultural job. A long-term vision of life is impossible. Coal is sold in small one-day packs. Water is stocked from the rain for less than one week.

Finally, the ultimate challenge that comes back every year is the elections. Same passion, same madness each time. Most of the men stop their work to support their candidate. All the work rythm is broken and the women have to support everything on their own – because, of course, there is no woman on electoral lists.

IMG_1932

One night, Hellen even got infiltrated into her security patrols that could not stop the terrorist actions hold by young delinquents of the county for months. She got recognized, got beaten by them. Unfortunately for them, she remembered their faces and as soon as she went back from the hospital, she required a trial to condamn those men. Since the day she got injured, five years ago, not any terrorist action have been completed against one of her inhabitants. All her authority comes from that day. Hellen is now a respected chief, “as well by the Bigs than by the Smalls”, she says proudly.

However when we asked her about the role of the women in her community, her glance sparkled before going weary.

Women support a lot of things here you know… Housework, agricultural work. There are almost no women taking drugs, while the majority of their husbands take some. The strength of the women is their ability to always think about their children before themselves. Here, a woman will always feed her child before herself. She will never waste money if her kids are hungry.  She will never go into stupid projects if it can ruin their exploitation. Women are way more hard working and realistic persons than men here you know… And yet, they don’t have any rights. Nobody represent them and sometimes they are not even conscious that they support everything… I am afraid when I see all those men giving up their fundamental responsibilities. I am really afraid. 

IMG_1943

Version française :

IMG_1886

Le problème des hommes dans nos villages, c’est que quand il y en a un qui trouve le moyen de mettre les pieds sous la table sans travailler, il s’empresse d’aller prévenir tous les autres qui se mettent à faire comme lui. C’est une catastrophe pour le développement. 

Hellen Atulo est, en plus d’être mère de quatre enfants, « chef de région », c’est à dire responsable légale de plus de 20 000 personnes dans la région de Mundobebo, près de Kisumu dans l’ouest du Kenya.

Petite, je rêvais d’une chose, c’était de diriger, diriger des gens. En quelque sorte, j’ai réalisé mon rêve puisque je suis responsable de plus de 20 000 personnes.

Hellen est une femme, et ça se remarque. Diplômée de l’université du Nairobi en « transport management », Hellen occupe son poste depuis 7 ans et les changements dans la région se font sentir depuis son arrivée.

La plus grosse difficulté qu’elle a rencontrée c’est naturellement d’arriver à un poste à haute responsabilité dans la région, alors jamais occupée par une femme. Classique. Pour se faire respecter, Hellen a ses secrets, les mêmes depuis 7 ans.

Je suis véritablement engagée pour accomplir mon devoir. Je ne suis pas politique. J’écoute chaque personne qui vient dans mon bureau, ou même chez moi. Je suis parfaitement intègre et essaie de toujours être transparente dans mes décisions. Mais par dessus tout, j’essaie de toujours être objective et juste. C’est pour ces raisons mêmes que l’on me respecte aujourd’hui, même ceux qui ne m’aimaient pas au début.

Gérer une communauté de cette taille n’est pas chose facile. Parmi les principaux défis recensés par Hellen, on trouve en premier lieu l’Ignorance. « L’Ignorance avec un grand I » comme elle se plait à le préciser. En effet, la majorité des habitants, souvent analphabètes ne connaissent pas la loi, même basique. Il faut donc leur expliquer, obtenir leur confiance – et c’est d‘autant plus difficile quand on est une femme – pour leur faire respecter la loi.

Ensuite, vient la pauvreté, parfois si extrême pour certaines familles qu’elles n’ont pas les moyens requis pour participer aux projets de développement proposés par la communauté. La vie se fait au jour le jour, surtout pour ceux qui ont des métiers de services (et non les agriculteurs). Aucune vision long terme n’est possible. Le charbon s’achète au jour le jour. L’eau est stockée pour une semaine maximum.

Enfin, le dernier défi qui revient chaque année, ce sont les élections. Même engouement, même folie ; la plupart des hommes arrêtent de travailler pour supporter leur(s) candidat(s). C’est un rythme entier qui est cassé et ce sont les femmes qui doivent tout supporter, seules – car bien sûr, aucune femme ne fait partie d’une liste électorale.

IMG_1932

Une nuit, Hellen s’est même infiltrée au sein des patrouilles de sécurité, qui, depuis des mois, ne parvenaient plus à mettre fin aux actions terroristes de jeunes de la région. Démasquée, elle est battue par la bande de jeunes en question. Malheureusement pour eux, elle retient leurs visages et dès son retour de l’hôpital, exige un procès qui condamnera les responsables. Depuis le soir de son incident, il y 5 ans, plus aucune action terroriste n’a été menée contre un des habitants. Son autorité, Hellen la tire avant tout de ce jour là. Elle est aujourd’hui une femme respectée, « par les grands comme les petits » comme le dit fièrement

Cependant quand on interroge Hellen sur le rôle des femmes dans sa communauté, son regard  pétille un instant avant de redevenir las.

Les femmes supportent beaucoup de choses ici vous savez… Le travail de la maison, le travail des champs. Aucune femme ou presque ne se drogue, alors que la majorité de leur maris sont drogués. La force de ces femmes, c’est qu’elles pensent toujours à leurs enfants avant elles. Elles leur donneront toujours à manger avant de manger elles mêmes. Jamais elles ne dépenseraient de l’argent inutilement si leurs enfants ont faim. Elles ne se lancent pas dans des projets absurdes qui pourraient ruiner leur exploitation. Elles sont beaucoup plus travailleuses et terre à terre que les hommes ici vous savez… Et pourtant, elles n’ont aucun droit. Ne sont pas représentées et n’ont parfois même pas conscience de tout supporter elles-même… J’ai peur quand je vois ces hommes abandonner leur responsabilité fondamentale. J’ai vraiment peur. »

IMG_1943

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s