Houda Chafki – Casablanca, Maroc

Je ne suis pas le modèle de la femme marocaine.

Au premier abord, c’est exactement ce qui définit Houda : elle représente une nouvelle génération de femmes marocaines, tiraillée entre modernité et tradition, entre émancipation personnelle et pression sociale.

IMG_4545

Entre émancipation personnelle…

A 36 ans, cette Casablancaise née en France dirige aujourd’hui le département Service Clients chez Jumia Maroc, après un parcours plutôt ambitieux et diversifié. Dans une salle de réunion des bureaux de la start-up au cœur de Casablanca, on s’installe avec Houda, qui éteint son téléphone et commence à nous raconter son parcours.

A 19 ans, une fois le bac spécialisation anglais en poche, Houda décide de commencer directement à travailler, pour s’assumer et aider financièrement sa famille : elle commence comme caissière chez McDonald. Maligne et ambitieuse, elle nous raconte en souriant qu’elle avait fait ses petits calculs : en devenant manager dans un restaurant McDonald, elle pourrait subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Elle a soif de pouvoir et de reconnaissance, et gravit ainsi rapidement les échelons. En moins de deux ans, elle devient manager. La plupart de ses collègues avaient fait des études ou avaient plus d’expérience qu’elle et Houda nous avoue qu’elle se sentait un peu gênée d’avoir atteint son objectif « en se faufilant ». Elle a dû se convaincre qu’elle le méritait elle aussi : cette prise de conscience a renforcé son ambition professionnelle.

Cependant, Houda a rencontré des obstacles qui ont bousculé son chemin tout tracé. Elle qui voulait continuer son ascension chez McDonald, a été freinée par une DRH de l’entreprise qui considérait qu’une femme aussi jeune ne pouvait pas occuper un tel poste, « réservé aux hommes ».

Ça m’a fait un choc, j’ai immédiatement quitté McDonald.

Houda a ensuite passé plusieurs années à travailler dans un centre d’appels, en évoluant rapidement dans l’entreprise, elle a ensuite décidé de partir travailler à l’ambassade canadienne de Dubaï, avant de rentrer au Maroc où elle a intégré les équipes de Jumia. Depuis, elle se sent enfin pleinement épanouie dans son travail, quasiment quinze ans après avoir commencé sa carrière.

J’ai trouvé le poste où je peux exploiter tout mon savoir-faire et tout ce que j’ai appris dans ma vie depuis que j’ai 19 ans. Atteindre des challenges au quotidien, c’est ce qui fait ma joie de vivre.

Elle gère aujourd’hui d’une main de fer et toujours avec le sourire et la fraîcheur de son jeune âge ses équipes chez Jumia.

t

… et pression sociale

Houda nous explique ensuite qu’elle a dû faire un choix pour vivre sa vie aujourd’hui : le choix de la carrière professionnelle. Persuadée qu’une vie privée stable et une vie professionnelle excitante ne sont pas compatibles, elle n’est pas mariée, ce qui est un phénomène encore très rare au Maroc.

Quand une femme n’est pas mariée, il y a une pression sociale, on vous colle une étiquette et on vous appelle « Ma Tante ».

Consciente de la chance qu’elle a d’avoir une famille qui comprend et soutient ses choix, Houda cherche à défendre les femmes marocaines et à les aider à se défaire de cette pression sociale et familiale.

Il faut se respecter en tant que femme. Il faut persévérer, il faut travailler, il faut étudier, avoir des diplômes, avoir un but dans la vie, avoir des rêves et les suivre. Il ne faut pas perdre espoir.

Sa sœur est aujourd’hui la personne dont elle est le plus proche, elle parle d’ailleurs d’ « un amour solide, une alchimie, une complicité, une fusion ». Elles ont quitté ensemble le foyer familial il y a quinze ans et se sont responsabilisées à deux.

Houda est une femme qui a beaucoup de messages à faire passer à notre génération de femmes, elle qui vit dans une société en pleine évolution – et parfois en pleine contradiction – et qui a quinze ans d’expérience professionnelle derrière elle. Elle incarne le courage de ces femmes qui cherchent à vivre avec leur temps.

La femme est la source, elle donne la vie, elle éduque, elle fait des générations, elle doit se comprendre elle-même et comprendre son environnement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s