Issa Cuevas – Manille, Philippines (English + Français)

—- Version française en dessous —-

The greatest obstacle to development is to believe that development is not possible.

IMG_9972Issa Cuevas is the kind of person that managed to overcome her victim status into a real strength, for her and her relatives.

Born in the province of the Philippines, Issa lost her father when she was 13. Because her father refused to pay the taxes to the communist rebels in his area, he was shot at 38 years old, in front of the eyes of his little daughter, Issa, who, bad luck, did not go to school that morning. One week after her father died, she and her family had to leave their place to go to Manila, fearing to be shot by the communist again.

I lost everything that I knew in just one week. My dad, my house, my friends, all my comfortable and happy life disappeared just like that.

For a 13 year-old kid, Issa had then to struggle with many adult questions:

When you see your father killed so violently at 13 you get a lot of hunger and mostly questions: about life, about god, but mostly about justice: why this happened to me and not to another kid?

When she got 19, Issa engaged herself into Gawad Kalinga (GK) and, for the first time, she met people of her age, living in very poor conditions. This contact with young people from the slum has been a real shock for her, helping her to answer many of the questions she had in mind since her father died.

I went to the largest slum of Manila, with over 1 million people and that were the work of GK started, I met people exactly my age, exactly like me, but that were born in very different conditions and I think that when I came face to face to poverty that I realized that although a great injustice had been done to me and my family, there were a largest injustice that were happening here. It made me realizing at some points that if people had options to be lawyer, doctors, if they had on option of a decent job… I think nobody would choose to be an assassin.

This experience violently made her understand the mystery that hunted her life until now:

I knew that the killer of my father did not have decent a job and lived in very poor conditions, that is why he joined the revolutionaries. I suddenly realized what poverty does. Poverty creates killers and assassins. And I knew at that time that the real victim was not my dad, my family or me, the real victim of all was the killer.

Be very mind full of the labels that you carry for yourself. I used to define myself as a victim, so I became one. My life started when I decided not to be a victim anymore.

As she knew that poverty absolutely needed to be eradicated, Issa continued to work with GK, and is now, at 38 years old, the n°2 of the organisation.

The story of Gawad Kalinga (“Take Care”) is evaluative, it is the product of many learnings and a huge capacity to adapt to the real needs of the poor. The first idea was simply to develop “youth programs” for the people living in very poor areas. But that was not enough. With time, the pioneers of the organisation, among them Issa, understood what will be the greatest challenge of their mission: they understood that the youth could change their mentality only if their environment changed. Coming into the slums to talk was useless. They needed to take the youth out of their slums to change their mentality. Then, GK started to develop “housing Programs”.

If you live like an animal, you cannot think like a human.

When more and more houses got built and that the communities expended, then the mental changes happened.

When we developed the whole communities with decent homes for everyone, it really became easier for the young to change. And it was not only them, their parents were changing, the next generation children had roles models to look up to, a global change was happening.

However, GK still have two main difficulties to face:

The first one is really, for us who were not born poor, to manage to get into the mindset that we can do something about poverty. It is very difficult because we grew up thinking poverty will always be there. For me it would be there, and there was nothing to do about it but today I am very glad to see that with our work we can say « Yes there is poverty but yes we can do something about it.

The second one is to put the youth from poor backgrounds in a “long term mindset”: I talked to many young people and I can only see that the main difference between them and us is that we, the not poor, we think about the future, we ask ourselves about the future. But for the poor there is not even a point. They were raised living on subsistence day by day, focusing on trying to find the next meal, and never think about 2 days from now. So one of our big challenges is getting all of these communities to begin dreaming again and act for it because now they see that it is possible.

To Issa, poverty is not an economic problem, but much more a matter of values. She saw that change was possible is the rich and the poor were conscious of it. The best way to prevent from development is to believe that development is not possible.

It is all about mind-sets. People have to believe that it is possible. When you are rich, you have to believe that you can do something about poverty. And when you are poor, you have to believe that you can act to change your condition. Our job is to tell people that it is possible. Believe me, we see it every day.

t

Version française : 

Le frein au développement, c’est avant tout de croire qu’il est impossible.

Issa Cuevas appartient à cette catégorie de personnes qui ont su dépasser leur statut de victime en le transformant en une véritable force, pour elle et pour les autres.

IMG_9972Née dans une province des Philippines, Issa a perdu son père à 13 ans. Parce qu’e celui-ci refusait de payer les taxes aux révolutionnaires communistes qui occupaient sa région, il a été assassiné à 38 ans, devant sa petite fille Issa, qui, hasard de la vie, n’était pas allée à l’école ce matin-là. Une semaine après la mort de son père, elle et sa famille sont contraints de fuir pour Manille.

J’ai perdu tout ce que je connaissais d’un coup.  Mon père, ma maison, mes amis, toute ma vie confortable a disparu en un instant.

Arrivent peu à peu les innombrables questions que ne se posent pas normalement des enfants de 13 ans.

Quand vous voyez votre père se faire tuer de façon si violente à 13 ans, vous expérimentez la haine mais surtout vous vous posez tellement de questions : sur la vie, sur Dieu, mais surtout sur la jsutice : pourquoi est-ce arriver à moi ?

A 19 ans, Issa s’engage au sein de Gawad Kalinga et pour la première fois, rencontre des jeunes de son âge, vivant dans des conditions matérielles et affectives indignes. Ce contact avec les jeunes des bidonvilles de Manille est pour elle un choc, un choc qi l’aide en partie à répondre à toutes les questions irrésolues qui sont là depuis la mort de son père.

Je suis allée dans le plus grand bidonville de Manille, où vivent plus d’un million de personnes, et c’est là que le travail de GK a commencé. J’y ai rencontré des gens de mon âge, comme moi, mais nés dans des conditions bien différentes.  C’est à ce moment, quand je suis tombée nez à nez avec la pauvreté que j’ai réalisé que certes ma famille et moi avions subi une injustice terrible, mais qu’ici il existait une plus grande injustice. Cela m’a fait prendre conscience que quand on a la possibilité de devenir avocat, médecin ou d’avoir n’importe quel métier décent, personne ne choisit de devenir assassin.

Cette expérience lui a violemment fait comprendre le mystère qui hantait sa vie jusqu’alors :

Je savais que l’assassin de mon père avait rejoint les révolutionnaires parce qu’il n’avait pas de travail et vivait dans des conditions terribles. J’ai compris à cet instant ce que la pauvreté faisait. La pauvreté fait naitre les criminels et les assassins. J’ai compris alors que la véritable victime n’était pas mon père, ma famille ou même moi, mais que la vraie victime était l’assassin de mon père.

Faites attention aux étiquettes que vous vous attribuez. A force de me définir comme une victime, j’en devenais une de plus en plus. Ma vie a commencé quand j’ai décidé de ne plus être une victime.

Consciente de la nécessité absolue d’éradiquer la pauvreté, Issa voit son engagement dans GK conforté : un engagement sérieux sur le long terme puisqu’elle est aujourd’hui, à 38 ans, numéro 2 de cette organisation à portée mondiale.

L’histoire de Gawad Kalinga (« Take care »), est évolutive, elle est le fruit d’enseignements et d’une grande capacité d’adaptation aux véritables besoins des pauvres. L’idée de départ était simplement de développer des « youth programs » pour les jeunes de zones très pauvres. Mais cela ne suffisait pas. Avec le temps, les pionniers de l’organisation, dont fait partie Issa, ont compris quel serait le principal challenge de leur mission : ils ont compris que les jeunes pourraient changer de mentalité ne peut changer que si leur environnement changeait. Venir dans les bidonvilles pour prêcher la bonne parole était inutile. Il fallait sortir les jeunes des bidonvilles pour changer leur mentalité. Alors GK a developpé des « Housing programs ».

Si vous vivez comme un animal, vous ne pouvez pas penser comme un humain.

Quand les maisons se sont multipliées et que les communautés se sont développées, alors les changements de mentalité sont arrivés.

Quand on a construit les communautés, avec des maisons décentes pour chacun, ça a vraiment aidé les jeunes à changer. Et ils n’étaient pas les seuls à changer, leurs parents changeaient, les enfants avaient des modèles, un changement global était en marche.

Toutefois, deux difficultés majeures persistent avec le temps :

La première, c’est véritablement, pour ceux qui ne sont pas nés pauvres, de croire que oui, on peut lutter contre la pauvreté. C’est très difficile d’entrer dans cet état d’esprit quand vous avez grandi en pensant que la pauvreté était un fait, quelque chose qui existerait toujours, quoi qu’on fasse. Aujourd’hui je suis fière de constater qu’avec notre travail, on peut affirmer : « Oui, la pauvreté existe mais nous pouvons y faire quelque chose.

La seconde grosse difficulté est pour les jeunes démunis de penser leur vie à long terme. J’ai rencontré énormément de jeunes et la principale différence que je constate entre les riches et les autres, c’est leur capacité à se projeter, à s’interroger sur leur futur. Mais pour un jeune très pauvre, ça n’a aucun sens. Les pauvres grandissent dans un état d’esprit de survie au jour le jour, se concentrant sur le prochain repas, c’est impossible de se projeter au-delà de deux jours. C’est pourquoi un de nos challenges de redonner accès au droit de rêver, de montrer que c’est possible, pour tout le monde.

Pour Issa, la pauvreté n’est pas un problème économique mais bien un problème de valeurs. Elle a vu que le changement était possible si les riches comme les pauvres en avait conscience. Le frein au développement, c’est avant tout de croire qu’il est impossible.

C’est avant tout une question d’état d’esprit. Il faut que les gens comprennent que c’est possible. Les riches doivent comprendre qu’il est possible de lutter contre la pauvreté. Et les pauvres doivent prendre conscience quand agissant, il est possible de changer sa condition. Notre métier est de montrer aux gens que c’est possible. Croyez-moi, je le vois tous les jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s