Joyce Ventura – Bogotá, Colombie

La vie, c’est comme une boum… 

IMG_9915Joyce Ventura. Sur le papier cette femme a un nom de vedette de cinéma. C’est ce qu’on se dit  avant de la rencontrer. Quand elle nous accueille derrière ses grandes lunettes noires, on aurait envie de se donner raison. Mais en réalité, sa place à elle, c’est derrière la caméra. Joyce est cinéaste, productrice et réalisatrice de fictions et de documentaires.

test

Elle a grandi en France « dans l’air de Mai 68 » nous dit-elle. Retournée s’installer en Colombie, son pays natal, elle y rencontre très jeune son mari, qui lui transmettra sa passion du cinéma. Tous les deux et avec la collaboration de sa sœur et de son mari, ils fondent une maison de production publicitaire. Ces « pionniers » dans l’industrie du cinéma en Colombie, se heurtent au manque de moyen du secteur. « Il n’y avait rien, même pas de financements par les banques ni d’assurance » pour la production de films. Mais le succès de leurs productions publicitaires permet de financer la production de leurs films, dont certains furent sélectionné au festival de Cannes, comme Gamin en 1977.

C’est avec une sagesse certaine que Joyce nous parle de la vie. Elle qui, en ce moment, réalise un documentaire sur douze femmes de 90 à 100 ans, « dans la dernière étape de la vieillesse, dans la confrontation à la mort » nous explique-t-elle, nous rappelle cette chose qui parait parfois évidente mais qui demeure pourtant essentielle :

La vie passe à une vitesse incroyable. Arrivés à un certain âge, on commence à voir la forêt et non les arbres, et on comprend que les joies passent autant que les tristesses. Dans les moments de crises, il faut essayer de faire avec, d’assumer. L’essentiel c’est de vivre, de tirer le meilleur parti de toutes les expériences de la vie. Il faut jouir des meilleurs moments.

Engagée dans la vie associative, et c’est peu dire – Joyce était membre de la délégation colombienne du Women’s Forum au Brésil, présidente du jury du prix Cartier Women’s Initiative pendant 7 ans, membre de la fondation des Femmes pour la Colombie – elle nous rappelle que les femmes ont un rôle primordial à jouer en tant qu’éducatrices, surtout dans les pays aux cultures machistes comme le sien.

Ce sont nous les femmes qui élevons les enfants. Concernant les progrès sur l’égalité entre hommes et femmes, nous avons, nous, à leur transmettre cette mentalité qui évolue. En théorie comme en pratique.

IMG_9935Mais Joyce estime qu’il y a encore à attendre de la part des femmes et de leur audace :

On a encore un petit coup de pouce à donner aux femmes, il n’y a aucun danger à se tromper et à recommencer. Nous les femmes avons encore peur d’oser.

test

Cette artiste donne à notre génération le conseil qu’elle a donné a bien d’autres avant :

Persévérez. Rien n’est simple il y a toujours des obstacles mais il faut persévérer. La vie est trop courte, parfois on se bute sur des choses qui n’en valent pas la peine. Allez jusqu’au bout avec tout l’enthousiasme et la passion possible. J’adore ce mot espagnol : palante, il faut y aller ! 

Avant de nous quitter, la cinéaste nous suggère cette dernière image :

La vie c’est comme une boum, tout dépend de vous. De toute façon, la boum va passer, il y a un horaire de fin. Vous pouvez rester assis et vous ennuyer, ou alors danser et vous amuser. La vie, c’est une fête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s