Lilian Wagalla – Nairobi, Kenya (English + Français)

—- Version française en dessous —-

IMG_1678Meeting Lilian was not an easy thing to do… A group of three white ladies doesn’t enter that easily  the slum of Kibera, which is the biggest of East Africa with its one million of inhabitants.

“Oh you don’t have any guards with you?” Lilian says astonished, as we arrived at the entry of the slum. Considering our surprise and the price that police agents ask to “escort” us, Lilian eventually accepts to meet us where we are.

A 48-year-old woman – who seems 30 – comes to us in the police station where the interview will take place. She knows by heart Kibera. She was born here. Her parents, like many others, came into town to look for jobs and ended up settling down, like many others too, in this bank of steel sheets, of plastic, of garbage and mud when the first rain occurs.

Lilian quickly gets into the heart of the matter: her father was a polygamist, he had two wives and 18 children. Lilian is the eldest one. She lost the ones she calls her three parents at the age of 20, who died of an illness. Lilian immediately starts to take care of her family beginning with feeding 18 people:

Breakfast is not a must, neither is lunch. But supper is very important.

Lilian then starts to look for jobs harder and lower paid the ones than the others. She becomes a worker on construction sites, waitress in a slum’s pub, then vegetable vendor on the market. Each time her experience fails: injuries, danger of drunk clients, bad sales because of inexperience. she remembers one of the happiest moments in her life: “I was a tea girl in a tour company. that was one of the happiest moment of my life. Because I was dressing on nicely, and meeting people dressed nicely and being in town, I was really excited about it. I would buy second hand clothes at very little cost”.

But this once more failed: the company had to do cost cuts so Lilian was dismissed. Her different jobs among the slum brought her 80 shillings a day (80 euro cents). She then allowed her siblings to survive.

One day, the young lady decided to use the sewing machine of a woman in the slum. The latter knew nothing about it.

She was leaving on Saturday so I was only waiting for Saturday to come, because it was the only chance I had to practice. And when she was about to come back I arranged everything the way it was. So I practiced for a few months and I found it really interesting and I wanted just to continue

Lilian can gather 4,000 shillings in order to buy the cheapest of the machines. She starts sewing bags with second-hand pillow cases. And at her big surprise, people buy her bags. One day a Japanese woman buys bags for 10,000 shilings. This was “like she received 1 million shillings”.

What will she do with this money?  She has been worrying for too long for her siblings and the other children of her neighborhood, who have been abandoned, victim of violence, abused, illiterate. She decides to create a school. It will first take place at her place.

I started in my house which was one room, by calling the children who had lost their parents by advising them. And some of them would change their lives. And that really encouraged me.

Lilian knows perfectly well what threats the children in the street:

They would just go in the streets, some would join bad groups, some would end up working for people in their houses at a very early age. They would not get a chance to go to school. This is one thing that I didn’t want to happen to my brothers and sisters.

IMG_1840Little by little, Lilian created Magosso school which gathers 587 pupils from 2 to 17 years old. She organizes feeding programs and she doesn’t charge any school fees. She says she rescued a lot of children, from young HIV positive who didn’t even get the medicine which is free, young ladies exploited by their own families, children whose distressed parents come to confy them to Magosso’s residential school.

Lilian has always known her vocation : take care of children.

With the children it is easier. Because you give hope to a child and he believes in hope. And hope is very important. You tell him “today it is difficult but in the future it will be alright”. And he thinks “Today I cannot get food, but if a work hard and get a job, I will get food and a house.

Her school works thanks to the 3000 bags she makes each year. These bags are bought by the Japanese lady who resell them. She is today her only mecene.

Women in Kibera:

Lilian has a very critical opinion about conditions of women in Kibera:

There are huge differences between men and women. In the slum, the women use to work much harder than men because when the things are getting difficult, the men run away. We’ve had so many cases of families where the parents find themselves positive, both of them. Then the man runs away, because he gets scared. And he goes marry another wife.

Women always care about their home, their children, they go to the market, while the men always listen to radio, watch video games, football game.

And women suffer a lot when it comes to giving birth. Most of the time the give birth in houses, because they can’t access the hospital.

Today Lilian is very proud of her school. She is a strong will woman and never gave up anything:

That is another thing with me. Even if you tell me this is impossible I will always come back, and I used to do that. I came continuously until you get tired with me.

Version française

IMG_1682Rencontrer Lilian n’était pas une mince affaire… Quand on est trois jeunes filles blanches, on n’entre pas comme cela dans le bidonville de Kibera, le plus grand d’Afrique de l’Est, où s’entassent un million de personnes. « ah mais vous n’avez pas de gardes avec vous ? » s’étonne Lilian au téléphone au moment de notre arrivée à l’entrée du slum. Devant notre surprise, et le prix que demandent les agents de police pour nous « escorter », Lilian accepte de venir finalement à notre rencontre.

C’est une femme de 48 ans qui en paraît 30 qui vient donc à nous dans la station de police où se déroulera l’interview. Kibera, elle connaît par cœur. Elle y est née. Ses parents, comme beaucoup d’autres, étaient venus en ville dans l’espoir de trouver du travail et ont fini par s’installer, comme beaucoup d’autres également, dans cet amas de taules, de plastique, de déchets et de boue à la première pluie.

Lilian rentre très vite dans le vif du sujet : son père est polygame, il a deux femmes, 18 enfants. Lilian est l’aînée de cette fratrie. Elle perd ceux qu’elle nomme ces trois parents à vingt ans, emportés par la maladie. Lilian prend donc immédiatement à cœur de subvenir aux besoins de cette famille à commencer par nourrir chaque jour 18 bouches :

Le petit déjeuner n’est pas obligatoire, le déjeuner non plus. Mais le diner, c’est indispensable.

Lilian se lance alors dans la course aux travaux journaliers aussi ingrats que peu rémunérateurs. D’ouvrière sur les chantiers de construction, elle passe serveuse dans un pub du slum, puis vendeuse de légumes sur les marchés. A chaque fois l’expérience est soldée par un échec : les blessures à répétition, le danger de l’ébriété des clients, les mauvaises ventes dues à l’inexpérience. Elle se rappelle un des plus heureux moments de sa vie : « ce fut lorsque j’étais tea girl dans une agence de voyage. Je m’habillais bien et côtoyais des gens bien habillés. J’achetais des vêtements de seconde main à faible coût et surtout j’étais en ville. »

Mais une fois de plus l’échec : la compagnie a dû réduire ses effectifs et Lilian fit partie des remerciés. Ses différents travaux au sein du bidonville rapportaient à Lilian 80 shillings par jour (80 centimes d’euro). Elle permit ainsi à ses frères et sœurs de survivre tant bien que mal.

Un jour, la jeune fille décide d’utiliser une machine à coudre appartenant à une femme du bidonville, dans le dos de la propriétaire.

Elle s’absentait le samedi, du coup je n’attendais que ce jour là. C’était ma seule chance de pouvoir m’entraîner sur la machine. Et juste avant qu’elle ne revienne, je remettais tout en ordre. Je me suis ainsi entraînée pendant plusieurs mois, je trouvais cela vraiment intéressant. Il fallait que je continue. 

Lilian parvint à récolter 4000 shillings afin de s’offrir la moins chère des machines à coudre. Elle se met ainsi à coudre des sacs à partir de taie d’oreiller de seconde main. A sa grande surprise, ses oreillers se vendent. Un jour, une femme japonaise lui achète des sacs pour 10,000 shillings. Ce jour là, Lilian a « l’impression de recevoir un million de shillings ».

Que va-t-elle faire de cette somme ? Cela fait maintenant trop de temps que Lilian s’inquiète pour ses frères et sœurs ainsi que tous les autres enfants de son quartier, abandonnés, violentés, abusés, illettrés. Elle décide donc de créer une école. Ce sera d’abord chez elle que Lilian accueillera cette marmaille de bidonville :

J’ai commencé à la maison, qui n’était en fait qu’une seule pièce, en rassemblant ceux ayant perdu leurs parents, et en leur donnant des conseils. Quand j’ai vu que cela changeait la vie de certains, cela m’a encouragé.

IMG_1840

Lilian ne sait que trop bien quels dangers guêtent les mineurs dans les rues :

Certains rejoindraient des gangs, d’autres commenceraient à travailler chez des aprticuliers à un très jeune âge. Aucun n’aurait la chance d’aller à l’école. Voilà ce que je voulais épargner à mes frères et sœurs. 

Petit à petit Lilian créera Magosso school qui rassemble aujourd’hui 587 élèves de 2 à 17 ans. Elle y organise des programmes de nutrition et ne demande aucun frais de scolarité.  Elle raconte avoir sauvé beaucoup de jeunes, des petits atteints du sida ne profitant même pas des soins pourtant gratuits, des jeunes filles exploitées par leur propre famille, des enfants dont les parents en détresse viennent confier au pensionnat de Magosso.

Lilian a toujours su sa vocation au fond : veiller sur des enfants.

Pour moi c’est un appel, non pas un moyen de gagner de l’argent, c’est un appel, c’était en moi. 

Avec les enfants c’est plus facile. Car vous donnez de l’espoir à un enfant, et il croit en cet espoir qui est indispensable. Vous lui dites qu’aujourd’hui est difficile, mais que le futur sera meilleur. Et lui se dit « aujourd’hui je n’ai rien à manger, mais si je travaille dur et que je trouve un travail, j’aurai de la nourriture et une maison »

Son école fonctionne aujourd’hui grâce aux 3000 sacs que lui commande chaque année pour les revendre cette même femme japonaise devenue son unique mécène.

Les femmes à Kibera :

Lilian a un regard cinglant sur la condition des femmes à Kibera :

Il y a de grandes différences entre hommes et femmes dans le bidonville. Les femmes travaillent plus dur que les hommes car quand les choses se corsent, les hommes fuient. Nous avons tellement de cas où les parents sont diagnostiqués séropositifs, tous les deux. Alors le mari s’enfuit car il a peur et part épouser une autre femme.

Les femmes s’occupent toujours de leur maison, de leurs enfants, d’aller au marché, pendant que les hommes écoutent la radio ou regardent le football. Et les femmes souffrent énormément lors de l’accouchement. La plupart accouchent chez elles car elles n’ont pas accès à l’hôpital.

Son école, Lilian en est aujourd’hui très fière. Mais c’est une femme à la volonté de fer, elle n’a jamais rien lâché :

Voila encore autre chose me concernant. Vous aurez beau me dire qu’une chose est impossible, je reviendrai toujours à la charge. Et c’est ce que j’ai fait. Je revenais continuellement jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus de moi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s