Mame Khary Diene – Dakar, Sénégal

Aujourd’hui j’ai envie de fonder un empire et que cet empire soit Africain avant toute chose.

KhadyDiene1Telle est l’ambition de Mame Khady Diene et ce n’est pas Christine Lagarde, John Kerry ou Barack Obama qui la contrediront. Après avoir tous les trois rencontré cette entrepreneure sénégalaise de 40 ans, ils ont dû, comme nous, voir le potentiel de la jeune femme faisant travailler aujourd’hui 6 000 personnes au Sénégal et en Guinée.

Après avoir diplômé de l’EDHEC à Lille, c’est une carrière de finance puis de conseil en système d’information qui attend Mame Khady pendant plusieurs années en France, à la BNP Paribas puis chez Capgemini. Mais elle a « toujours su au fond qu’[elle] aurai[t] [sa] propre structure » et elle ressent rapidement le besoin de rentrer dans son pays natal pour y travailler.

J’ai toujours su au fond de moi que je devais faire quelque chose chose pour mon pays et mon continent, c’était une nécessité d’appartenance.

En 2005 elle créera les Laboratoires BIOESSENCE à Dakar, une PMI spécialisée dans la cosmétique naturelle et biologique et les compléments alimentaires naturels.

L’idée est de dire, qu’en Afrique et par des africains, on peut faire des produits de qualité car l’Afrique ne doit pas être l’exception de non qualité. On fait des produits de qualité qui sont destinés au monde. 

Et pour cela, Mame Khady emploie des minorités ethniques ou économiquement marginalisées.

Et je suis contente parce que quand je viens dans leurs villages, les femmes sortent, dansent, c’est un accueil formidable et c’est ça qui me manquait quand j’étais en France. Je suis plus pauvre qu’avant mais plus riche de beaucoup de choses.

Même si créer son entreprise en Afrique est un combat de chaque jour, Mame Khady ne s’est jamais laissé faire :

En Afrique tout est plus compliqué car tout manque. Des choses qui sont banales ailleurs, ne le sont pas ici. Il y a des combats qui sont à l’échelle étatique mais qu’on est obligés de mener. Par exemple on s’est battu en 2011 contre l’Etat sénégalais pour avoir un code barre du pays, afin d’avoir nos produits en magasin.

KhadyDiene3Mariée à 34 ans, maman d’une petite fille à 36, veuve à 37, ce n’est pas le scénario classique dont rêvait Mame Khady. Pour elle, depuis, n’importe quelle difficulté est surmontable, surtout au niveau entrepreneurial. Et ses succès la font avancer, sa victoire du Prix Cartier de entrepreneuriat féminin pour l’Afrique en 2008 propulse son entreprise et marque le lancement de ses exportations au Canada et aux Etats-Unis.

Ses conseils pour notre génération sont avisés et honnêtes :

N’oubliez pas d’utiliser votre plus grande force : votre douceur. On a l’habitude quand on nous forge, notamment nous qui sortons d’école de commerce de faire des personnes psychorigides voulant absolument prendre la place des hommes mais ce n’est pas cela. On est beaucoup plus fortes parce qu’on est douces. On obtient tout avec la douceur. En même temps ça ne veut pas dire qu’on a pas son caractère, qu’on ne peut pas mener des hommes, qu’on ne peut pas être dures mais parfois on est tellement dures qu’on oublie d’être douces.

Mame Khady nous livre l’image qu’elle a des femmes de son pays, très différentes, selon elles, de nos leaders féminins.

Quand on interroge les femmes leaders en Europe et aux Etats-Unis, un des critères bloquants dans le leadership c’est en général le manque de confiance en soi. Ici ce n’est pas du tout le cas, les femmes ont confiance en elles. Ce sera le manque de financement, le manque de garanties, etc. mais pas le manque de confiance en elles.

Ici, la femme reste tout de même affiliée à un rôle bien défini :

La femme sénégalaise est une femme volontaire, qui s’occupe de sa famille. C’est un socle. Economiquement c’est elle qui va chercher à se battre. Notre éducation nous apprend que le foyer est à la femme. Ne vous attendez pas à voir un homme faire la vaisselle. Ce sera toujours à la femme de faire les tâches ménagères. Il faut savoir se taire en public même si on domine chez soi. On a l’air docile comme ça mais ce n’est qu’une apparence

Etre une femme à la sénégalaise c’est être une femme d’intérieur et d’extérieur : une wonderwoman quoi !

Le Sénégal a voté la loi de parité gouvernementale en 2010, mais cette loi ne se met en place que petit à petit. Il reste des choses à faire selon Mame Khady, surtout concernant l’éducation : « on n’a pas tendance à éduquer les garçons comme les filles »

Quand on lui demande son avis sur l’avenir de l’Afrique, Mame Khady est réservée. Son développement se fera sous de nombreuses conditions, dont celle de l’ambition des jeunes.

55% de la population a moins de 18 ans. L’Afrique forme chaque année 14 à 15 millions de diplômés, en face il y a une absorption de 4% par les secteurs publics et privés. L’Afrique forme des chômeurs.

La clé c’est entrepreneuriat. On a toutes les ressources. Il faut que les Africains prennent leur destin en main et les jeunes doivent être plein d’ambition et de créativité. Il faut qu’ils apprennent à se libérer des cordes de leurs parents surtout au Sénégal.

Notre éducation fait qu’on est toujours à l’écoute des anciens. Parfois il faut sortir de ses liens pour pouvoir exprimer son talent. Car le monde a changé. Et les repères ne sont plus les mêmes. Les jeunes sont à même de les comprendre.

Mame Khady s’est elle-même laissée surprendre par les opportunités qui se sont présentées à elle pour parvenir à créer BIOESSENCE, elle qui « n’imaginai[t] pas du tout faire cela un jour » a aujourd’hui de grandes ambitions pour son pays et pour l’Afrique. Engagée en politique depuis peu, elle veut trouver les solutions pour parer au départ des jeunes et promouvoir l’économie africaine, à l’image de son entreprise : « une Afrique ambitieuse est une Afrique qui pense le développement autrement ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s