Marie Cavosora – Angat, Philippines (English + Français)

—- Version française en dessous —-

IMG_1506Marie Cavosora is 46 years old but seems to be 20; she has spent 20 years in the « massive advertising industry », has lived in the entire world, from the New York offices to the mountains in India. She has been part of these people who eat foie gras for breakfast and whose main preoccupation is to think about how they could spend their money. Today, she is a social entrepreneur selling Calabao milk yogurts in the Philippines.

The American Dream

Born and raised in the Philippines, Marie has left her native country to go to the United States. Dreaming of the advertising industry, she managed to get the perfect job in one of the most prestigious agency, in New York City, where she had the chance to work with some of the most renowned clients at that time such as Pepsi Co., Apple or Federal Express. She met there her husband with whom she went to Canada, where she worked within the multinational company Kraft Food.

We, the Filipinos, see the US as a land of opportunities. Here in the Philippines, everything relies on connections; it is hard to build your own life based on your own efforts. In the US, it is the opposite. Then I chose to go. 

To me, advertising is not that much about selling products, it is more about influencing behavior, creating mind shifts. It is a very effective way to influence the whole society. 

With time and success, she and her husband, an investment banker, started to develop a frenetic pace of life, over consumerist, trapped into luxury and comfort.

We had a very expat life, we had brunches in luxury hotels, we had trips in Bali or wherever. I spent my days thinking how I could spend my money in bags or whatever. I could spend entire days only shopping. 

t
The big change

Because my husband had a more important job than me, I knew I would always follow his career. So I followed him during 4 years, going to Hong Kong and Singapore, interrogating myself about the purpose of my life. I missed my freedom deeply. I was strongly depressed. So I decided to leave this life. 

This is how Marie quit everything, going to a student life again, despite of the strong misunderstandings of her relatives.

The hardest thing to me has been to leave my husband, a good man. My family and friends thought I was crazy. But I had no choice, my life had no meaning anymore.

t

Going back home

After an “Eat, Pray, Love” period, searching for a meaning in life in Nepal, Bhutan or India, Marie decided to go back to the Philippines, her native country. She first chose Palawan, telling herself that all of this could be temporary, that she could always go back to the United States.

I wanted to re-discover my culture, that I had neglected and almost forgotten.

Few months later, she met Tony Meloto, the famous founder of the Gawad Kalinga movement. He quickly told Marie about his ambition to eradicate poverty in the Philippines. And that would only be possible with the engagement of the Filipinos who have to quit its passive and short-term mentality to build its own future.

God did not make a mistake by creating you Filipino.

This sentence, one of the Gawad Kalinga manifesto, about the necessity for the Filipinos to commit themselves to change, clicked into Marie’s mind. She is now long term engaged into Gawad Kalinga and learned there how to become a “social entrepreneur”. She abandoned her comfort to come living in a farm. Most of all, she has developed there her own company.

Within GK, a social enterprise is not an enterprise that does not earn a lot of money. It is an enterprise that participates in upgrading the life of persons involved in it: from the producers to the final consumer. Within GK, entrepreneurs have to dream big; each brand has the objective to go global, to replace the existing brands, created by a system now collapsing. This is already the story of a lot of them, such as “Human Heart Nature”, the GK cosmetics company that competes today with L’Oreal in the Philippines.

Concretely, Marie’s company produces and distributes dairy products like yogurts, butter, cheeses and milk drinks yogurts,  made of Calabao milk, a type of buffalo of the Philippines, completely untapped by the dairy industry because very less profitable than the traditional cows that do not exist in the Philippines. While the Calabao milk is way more rich and healthy than the traditional milk. To Marie, this enterprise is an essential initiative, almost nationalist, to fight against massive importations of dairy products in the Philippines – 99% of them are imported.

Before, I was afraid of a wasted life. But now I am not anymore, I know that I am doing what I am supposed to do in my life, I am free now, and that only feeling makes me happy. And I am now sure of one only thing: don’t let anyone take away the best of you. Have the courage to quit a life that does not make you want to live again. Don’t define yourself trough a husband that diminishes you, live your own life. Always remember that every individual – man or woman – has a purpose in life. 

t

Version française :

IMG_1506Marie Cavosora a 46 ans mais en paraît 30, a passé 20 dans la « massive advertising industry », a vécu dans le monde entier, des bureaux de New York aux montagnes du Népal. Elle a fait partie de ces gens qui prennent du fois gras au petit déjeuner et dont la principale préoccupation est de réfléchir à comment dépenser son argent. Aujourd’hui, elle vend des yaourts au lait de Calabao aux Philippines.

t

A la poursuite de l’ « American Dream »

Née aux Philippines, Marie part faire ses études aux Etats-Unis. Rêvant de travailler dans la pub, elle décroche le job de rêve dans une des agences les plus reconnues des Etats-Unis, à New York, où elle travaille pour de prestigieux clients comme  Pepsi, Apple ou Federal Express. Elle y rencontre son mari avec qui elle partira vivre au Canada, où elle travaillera au sein de la multinationale Kraft Food.

Pour les Philippins, partir aux Etats-Unis est une chance immense. Chez nous, tout repose sur le réseau et les relations, c’est très difficile de partir de rien et de construire sa vie par son propre travail. Aux Etats-Unis, c’est le contraire. Alors je suis partie. 

Pour moi, la pub ce n’est pas seulement vendre des produits, c’est véritablement le moyen pour influencer les comportements, créer des changements de mentalités. C’est un excellent moyen pour influencer la société entière. 

Avec le temps et le succès, elle  et son mari, banquier d’affaires, développent peu à peu un rythme de vie effréné, ultra consumériste, enfermé en dans le luxe et le confort.

On vivait  comme des expat, on prenait nos brunchs dans des hôtels de luxe, partait en week end à Bali ou ailleurs. Je passais mes journées à réfléchir dans quel sac je pouvais dépenser mon argent. Je pouvais passer des journées entières à faire du shopping. 

t

La rupture avant l‘étouffement

Mon mari avait un travail plus important que le mien, je savais que je serais toujours celle qui le suivrait. C’est comme ça que je l’ai suivi pendant 4 ans, à Hong Kong, puis à Singapour, réfléchissant au sens de ma vie. Ma liberté me manquait terriblement. Je commençais à déprimer de plus en plus. Alors j’ai décidé de quitter cette vie.

C’est ainsi que Marie a tout quitté, choisissant de revenir à une vie étudiante, malgré les incompréhensions de son entourage.

Le plus dur a été de quitter mon mari, un homme bon. Ma famille et mes amis m’ont prise pour une folle. Mais je n’avais pas le choix, ma vie n’avait plus de sens. 

t

Le retour aux sources

Après une période « Eat, Pray, Love », en quête de sens au Népal, au Boutan ou en Inde, Marie décide de revenir aux Philippines, son pays natal. Elle choisit d’abord Palawan, en se disant que tout ceci est peut-être provisoire, qu’elle pourrait toujours revenir aux Etats-Unis.

Je voulais redécouvrir ma propre culture que j’avais négligée et oubliée.

Quelques mois plus tard, elle fait la rencontre de Tony Meloto, le célèbre fondateur du mouvement « Gawad Kalinga ». Celui-ci lui fait part de son ambition d’éradiquer la pauvreté aux Philippines. Et que ceci ne serait possible que par l’engagement du peuple philippin qui doit sortir d’une mentalité passive et court-termiste pour agir et construire son propre futur.

God did not make a mistake by creating you Filipino. 

Cette phrase, inscrite dans le manifesto de Gawad Kalinga, qui pose la nécessité de l’engagement du peuple philippin est pour Marie un véritable déclic, à l’origine de son engagement durable au sein de Gawad Kalinga. Elle y a appris à devenir « social entrepreneur », à quitter son confort pour venir vivre dans une ferme et y développe aujourd’hui sa propre entreprise.

Au sein de GK, une entreprise sociale ne signifie pas une entreprise qui cherche à faire le moins de profit possible, c’est une entreprise qui participe à améliorer la vie de toutes ses parties prenantes : du producteur, au fournisseur jusqu’au client final. Au sein de GK, les entrepreneurs doivent voir grand ; chaque marque a pour objectif de devenir mondiale, de remplacer les marques existantes, produits d’un système qui court à sa perte. C’est déjà le cas pour beaucoup d’entre elles, comme « Human Heart Nature », l’entreprise de cosmétiques de GK, qui concurrence L’Oréal aux Philippines.

Concrètement, l’entreprise de Marie produit et distribue des yaourts à base de lait de Calabao, une race de buffle philippine, complètement inexploitée par l’industrie laitière car beaucoup moins rentable que la vache traditionnelle, inexistante aux Philippines. Or il produit un lait beaucoup plus riche et plus. Pour Marie, c’est une initiative essentielle, presque nationaliste, pour lutter contre les importations massives de produits laitiers aux Philippines – 99% d’entre eux sont importés.

Avant, j’avais peur que ma vie ne serve à rien. Mais cette peur m’est passée maintenant. Je sais que je suis là où je suis sensée être. Je suis libre, et cette pensée seule me rend heureuse. Je suis aujourd’hui d’une chose : ne laissez personne gâcher ce qu’il y a de bon en vous. Ayez le courage de quitter une vie qui ne vous donne pas envie de revivre. Ne vous définissez pas par un mari qui vous rabaisse, vivez votre propre vie. Rappelez vous toujours que tout être humain – homme comme femme – est sur cette terre pour quelque chose de bien précis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s