Sandra Castro Mercado – Barranquilla, Colombie

IMG_0207Sur la côte caribéenne, à Barranquilla dans l’Etat de l’Atlántico, nous avons rencontré Sandra Castro Mercado dans les bureaux de la Fondation Promigas où elle dirige aujourd’hui plusieurs projets en lien avec l’éducation. Cette femme au parcours quasiment prédestiné a découvert sa voie et ouvert son esprit à travers les livres, un peu comme la journaliste Ginna Morelo que nous avions rencontrée à Bogotá.

t

 Une enfance dans un « palenque », un parcours prédestiné

t

Sandra est originaire du nord de Colombie, la région caribéenne, et plus précisément du premier « palenque » du pays, village d’anciens esclaves libres. Benjamine d’une fratrie de 11 enfants, elle a grandi dans la pauvreté et a très vite appris à lire, grâce à l’aide de son père, son « complice ». Dès qu’elle a commencé à déchiffrer quelques « palabras », mots et expressions, elle s’est littéralement réfugiée dans le monde des livres : elle ne comprenait pas tout certes :

Je lisais au début des textes que je ne comprenais pas mais j’imaginais tout un monde autour : je me suis construit mon micromonde.

A l’âge de 8 ans, Sandra restait seule chez elle pendant la journée car ses parents travaillaient. Son seul rêve était de sortir de l’espace physique dans lequel elle se trouvait. Elle passait des heures à lire au bord de la fenêtre. Un jour, une femme qu’elle apercevait régulièrement sous sa fenêtre s’est approchée et lui a proposé de participer à un groupe de lecture plutôt que de lire seule chez elle. Avec cette femme, Sandra a créé un espace de lecture rassemblant les enfants de son quartier, son jeune âge n’étant pas un obstacle.

Tous les jours, je racontais des histoires et des contes pour les petits de mon quartier : je lisais, je me sentais grande et j’aimais ça. Dans mon micromonde, la prostitution, la maltraitance infantile, la pauvreté, cela n’existait plus. L’imagination d’un enfant est infinie vous savez.

A l’âge de 16 ans, Sandra a été embauchée pour travailler dans une organisation pour continuer à développer et créer des espaces de lecture et des bibliothèques de rue pour les enfants défavorisés de son quartier.

Aujourd’hui, Sandra a 35 ans. Toujours aussi passionnée de lecture, elle travaille à la Fondation Promigas, Promigas étant le principal fournisseur de gaz, où elle dirige plusieurs programmes nationaux à destination d’enfants de tout âge et de toute origine.

t

 L’éducation en Colombie, une épreuve au quotidien

t

Depuis maintenant quasiment 20 ans au sein de la Fondation Promigas, Sandra se bat pour établir une éducation de qualité et accessible à tous dans son pays. Pour cela, elle doit affronter un obstacle au jour le jour : le système éducatif colombien.

Celui-ci se compose de l’éducation privée et de l’éducation publique. La Fondation Promigas travaille sur trois niveaux pour aider les enfants les plus défavorisés du système public : au niveau local, avec les directeurs d’école et dans les classes, au niveau régional et enfin au niveau national, avec le ministère de l’éducation. Malgré ses critiques vis-à-vis des politiques éducatives, Sandra a compris très vite que tout allait prendre du temps et que les pouvoirs politiques allaient peu l’aider, dans un pays où un des premiers postes de dépenses publiques est l’armée.

Le pouvoir politique a mis plus de 10 ans à bien vouloir nous écouter, nous et nos propositions pour renforcer la capacité de l’école.

Malgré les paradigmes que beaucoup de ses co-citoyens ont encore sur l’éducation et leur obstination à se croire incapables d’apprendre, Sandra aime voir que son combat porte ses fruits : elle passe 60% de son temps « a campo », sur le terrain, à rencontrer des personnes qui bénéficient de ses programmes et qui se rendent compte qu’ils sont capables. Capables d’apprendre, de s’informer et de se réaliser.

J’aime beaucoup aller sur le terrain, dans plusieurs zones de Colombie, pour sentir que ce que je fais, fonctionne.

Engagée dans son combat pour une meilleure éducation depuis ses 16 ans, Sandra a dû renoncer pour cela à sa jeunesse :

J’ai fait différemment. Ici, les femmes ont des enfants jeunes. J’ai une fille de moins d’un an que j’ai eue assez tard. J’ai raté le train comme on dit ici. Mais c’est pour la bonne cause, une cause en laquelle je crois.

Je fais ce que je fais aujourd’hui d’abord pour la satisfaction des autres : c’est plus gratifiant que sa propre satisfaction.

Valoración nutricional transferidocomun IMG_2129 DSC00375

t

 L’émancipation de la femme en Colombie

t

La femme colombienne est, selon Sandra, en pleine émancipation depuis quelques années. Elle remarque cependant une différence entre les femmes issues de milieux ruraux souvent moins éduquées et avec peu d’opportunités et les femmes issues de milieux citadins qui prennent plus de place dans les milieux de la politique et des affaires. Cette différence a pour elle une racine évidente, à laquelle elle s’attaque de front : l’accès à l’éducation.

Dans les régions rurales ou reculées de Colombie, les femmes n’ont pas conscience qu’elles peuvent avoir l’opportunité d’étudier, de travailler, de s’émanciper autrement : les opportunités ne manquent pas en Colombie, le problème vient des barrières psychologiques.

Partout, l’éducation est importante car elle transforme. Elle ouvre les frontières et forme un meilleur chemin pour réduire la précarité.

Les femmes ont encore des défis à affronter : elles doivent pour cela se sentir capables.

A toutes les femmes du monde, profitez du moment présent ! Car beaucoup de femmes se sont battues et se battent encore pour ce qu’on est aujourd’hui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s