Sœur Sophie de Jésus – Manille, Philippines (English + Français)

—- Version française en dessous —-

IMG_1266

When she was young, Sophie dreamt of getting married and having a lot of children. This is not that far from her current situation: married with a lot of children.

18 years ago, Sister Sophie pulled up her sleeves and founded the ACAY mission (Association Compassion Asian Youth) in Manila. Sisters Edith, Rachel, Laetitia and Sophie who compose today the mission developed little by little different reintegration programs for youth, either victims or offenders, in society. First the “School of Life” welcomes about twenty girls who were abandoned, orphan or abused to allow them to heal and to get prepared to life in society. Then the « Second Chance « program provides trainings to boys in jail and offers them a reintegration program when they go out of prison. The third part of the mission deals with the parents’ accompaniment, who in most of the cases have witnessed the same traumas as their children but have remained isolated. At last, the sisters have adopted a village destroyed by the Yolanda typhoon.

In the very beginning we could think that ACAY is an organisation like any other else, helping people in need. The week we spent into the mission proved us we were wrong. The education program of ACAY have been wisely thought. Sister Sophie and her team reused Jesuite concepts, including Madeleine Daniélou’s ones to build the most efficient methods over their traumatized youth: to accept one’s past, to perfectly know oneself, to become independent.

Reintegration programs are very demanding so that they can be very efficient. The Sisters’ system is becoming quite famous through the Philippines and more and more judges refer to them to change the attitude of their young clients, gangs’ leaders, murderers, drug dealers, rapists, and to bring them back to life after all the years they spent into Manila’s jails. Yet in ACAY, beneficiaries receive a lot, but they are demanded a lot back. There is still a long way for victims and offenders before recovering their serenity and confidence, but the ACAY team never gives up against the difficulties and the young’s transformations are obvious. These transformations are Sister Sophie’s greatest joys in her daily life :

Every small victory of the young. They have been deeply hurt. I think I wasn’t ready to hear everything I heard. When these young become able to act confidently, to watch their body with pride rather than hate, to control their anger, to integrate themselves in society, all these things are my joys. We live between extremes: traumas and miracles.

When we question Sister Sophie about her consecrated life, she gives us the definition of Father Zundel: “consecrated people renounced to have a family in order to be the cradle of the ones who don’t have any”. After having spent a few years within the Béatitudes community, Sister Sophie came to the Word Youth Days in Manila in 1995 and felt herself called to work for the Philipino people. This is why she settled in Manila in 1997 and founded the Missionaries of Mary (MoM) a few years later.

IMG_1301

Sister Sophie literally breaks away from the none’ image we can have in mind:

You can’t ask to missionaries to be cute sisters who will handle little candles etc. We need to be brave, we have kind of a manly side.

This courage, Sister defines it as:

a hope in season and out of season. An interior strength that allow you to hope, to see the invisible through crisis, to learn to discern things.

Crises are not rare amongst her young: desperation, runaways, returns to the street life, to drugs addictions. But the sisters are not the kind of people who give up in front of such situations. How many times have we heard about a young “this one made a long way…”. When they pronounced this sentence with a victorious smile, the sisters seem not to believe themselves they achieved such a success.

Sister Sophie gives to our generation the same advice as her young:

Find out the secret of your life. The widest happiness happens when you live what you carry inside of you. You need to be helped to discover who you really are. Too many people spend their life doing things that have no signification to them. This loss of sense leads to a crisis when they are around forty. Whereas when there is a unity between what you carry inside and what you live in your professional, family or consecrated world, this unity is the source of happiness.

In the Bible, at the Wedding at Cana, Jesus tells Mary: “Woman, what is this between you and me?”. Sister Sophie found all her inspiration from this sentence : from what “is between you and me”. This is where the source is, the mystery of your life, remain rooted into it to give the best of yourself.

We are likely to put God into small boxes. We let Him free to act but this freedom is often extremely restricted. If we let Him be free inside of us we would go so much further. God will always overtake us. He can reveal Himself to anyone. One doesn’t always receive faith in inheritage. The variation of experiences is the beauty of Church. God can reveal Himself to a real atheist at any moment because a mission stands behind.

t
Women in the Philippines

In this country, the patriarchal authority is important even sometimes violent, women have an essential role. They often lead the family finances and life.

We live within extremes: on the one side there is a very rich world almost like ours in Europe, on the other side there is a majority of poor where the role of woman will vary depending if she made studies or not. If a woman didn’t make studies she will be a housewife, spending her time giving birth, cooking, cleaning, playing cards or having odd jobs. She will eke out a living, she won’t be fully respected by her husband. When a woman can be financially independent because she made a few studies, men can’t despise on her or give her a second role. What matters the most is education: encourage the young to study, this is what will balance the situation.

Sisters Sophie, Edith, Rachel and Laetitia have given back confidence to dozens of young every year for twenty years. Girls will be Zumba teachers, accountants, head cooks, boys will be also head cooks, roofers, policemen or they will work within ACAY. But the sisters will have among everything succeed in their mission: to definitely lead them out of the slums they came from, from the street they used to sleep in, from jails where they used to fall into despair, from gangs where they used to be pushed to murder in exchange for non-existent solidarity.

t

Version française :

IMG_1266

Petite, Sophie rêvait de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants. Ce n’est pas si loin de sa situation actuelle : mariée, avec beaucoup d’enfants.

Il y a 18 ans, Soeur Sophie de Jésus retroussait ses manches et fondait la mission ACAY (Association Compassion Asian Youth) à Manille. Sœurs Edith, Rachel, Laetitia et Sophie qui composent a présent la mission, ont développé peu à peu différents programmes de réinsertion des jeunes, bourreaux ou victimes, dans la société. Tout d’abord, l’Ecole de Vie accueille une vingtaine de jeunes filles abandonnées, orphelines ou abusées pour leur permettre de se reconstruire et de se préparer à la vie en société. Ensuite, le programme Seconde Chance apporte des formations aux garçons en prison et leur propose un programme de réinsertion à leur sortie de prison. Un troisième volet de la mission concerne l’accompagnement des parents, qui trop souvent ont connu les mêmes traumatismes que leur enfant mais sont restés dans l’isolement. Enfin, les sœurs ont adopté un village victime du typhon Yolanda où elles se rendent chaque mois pour aider la population, décimée de moitié lors de la catastrophe naturelle.

A première vue, on est tenté de penser qu’ACAY est un organisme comme un autre. Il vient en aide aux populations en détresse. La semaine que nous avons passé en son sein nous a bien prouvé le contraire. Les programmes éducatifs d’ACAY ont été mûrement pensés. Sœur Sophie et son équipe se sont largement inspirées des préceptes Jésuites, dont ceux de Madeleine Daniélou, pour les pousser à la plus grande efficacité sur la jeunesse ayant connu d’immenses souffrances : accepter son passé, se connaître parfaitement, apprendre à devenir autonome. Les programmes de réinsertion sont d’une exigence aussi grande que productive. Le système des sisters commence à gagner en notoriété aux Philippines et de plus en plus de juges ont recours à elles pour transformer leurs jeunes, chefs de gangs, meurtriers, trafiquants de drogues, violeurs et leur redonner goût à la vie après des années passées dans les conditions de détention inimaginable des prisons de Manille. Cependant à ACAY, on donne beaucoup aux bénéficiaires mais on leur demande aussi énormément. Un long chemin attend les victimes ou les coupables avant de retrouver la sérénité et la confiance, mais l’équipe d’ACAY ne cède pas devant les embûches et les transformations chez les jeunes sont flagrantes.

Ce sont là les plus grandes joies de Sister Sophie :

Ce sont les petites victoires des jeunes. Ils ont été extrêmement blessés. Je pense que je n’étais pas prête a entendre tout ce que j’ai entendu. Quand ces jeunes sont capables de poser un acte de confiance, de regarder leur corps avec admiration au lieu de se détester, de contrôler leur colère, de s’intégrer en société, tout ça ce sont mes joies. Nous vivons dans les extrêmes : dans les traumatismes et dans les miracles.

Quand on interroge « Sister » sur sa vie de consacrée, elle se plaît à nous donner la définition du père Zundel : « les consacrés ont renoncé a avoir leur propre famille pour être le berceau de tous ceux qui n’en n’ont pas. ». Après quelques années passées dans la congrégation des Béatitudes, c’est lors des JMJ de Manille en 1995 que Sœur Sophie s’est sentie appelée à œuvrer pour le peuple philippin. Elle s’y installera donc en 1997, pour fonder quelques années plus tard l’ordre des Missionaries of Mary (les MoM).

IMG_1301

Sœur Sophie casse littéralement avec l’image de religieuse que l’on peut avoir en tête :

On ne peut pas demander aux missionnaires d’être des « cute sisters » qui vont porter des petites bougies etc. Il faut avoir du courage, il y a ce côté viril qui nous définit.

Ce courage, Sister le définit comme :

une espérance à temps et à contre temps. C’est cette force intérieure qui donne d’espérer, de voir l’invisible au travers des crises, d’apprendre à discerner les choses.

Des crises, elle en a connu auprès de ses jeunes : désespoirs, fugues, retours dans la rue, dans la drogue. Mais les sœurs ne sont pas du genre à baisser les bras dans ce type de situations. Combien de fois avons-nous entendu à propos d’un jeune « celui-là, il revient de loin… ». Cette phrase, toujours prononcée avec un sourire de victoire, sort souvent des bouches des sœurs qui semblent elles-mêmes surprises d’être parvenues à ce succès.

Sister Sophie donne à notre génération le même conseil qu’à ses jeunes :

Découvre le secret de ta vie. Le plus grand bonheur, c’est lorsque l’on vit ce que l’on porte. Encore faut il avoir ete aidé pour découvrir qui l’on est. Il y a tellement de personnes qui passent leur vie à faire des choses qui n’ont aucune signification pour eux et cette perte de sens au bout d’un moment rejaillit en crise vers la quarantaine ; alors que lorsque qu’il y a une unité entre ce que l’on porte intérieurement et ce qu’on le vit dans notre monde professionnel, familial ou consacré, et bien cette unité là est la source de tout bonheur.

Dans la Bible, lors des noces de Cana, Jésus s’adresse à Marie et lui dit : « Femme qu’y a-t-il entre toi et moi ? ». C’est dans cette simple phrase que Sister Sophie nous dit avoir puisé toute son inspiration : dans « ce qu’il y a entre toi et moi », c’est là qu’est la source, le mystère de ta vie, restes y enracinée pour donner le meilleur de toi-même.

On a tendance à mettre Dieu dans des petites boîtes. On lui donne une certaine liberté d’action mais qui est souvent extrêmement réduite. Et si nous le laissions être libre en nous, là on irait beaucoup plus loin. Dieu nous dépassera toujours. Il peut se révéler à n’importe qui. On n’hérite pas toujours de la foi. C’est ça la beauté de l’Eglise, c’est la variation des expériences. Un pur athée, Dieu peut se révéler à lui à un certain moment, parce qu’il y a une mission souvent.

t

Les femmes aux Philippines

Aux Philippines, même si l’aspect patriarcale avec l’autorité du père est importante, même parfois violente, le rôle de la femme est primordial. C’est souvent elles qui tiennent les finances et la famille.

On vit dans les extrêmes : d’un côté un monde extrêmement riche qui s’apparenterait à notre vie en Europe et puis une majorité de pauvres (petite classe moyenne et pauvres) où la place de la femme va être différente selon si elle a fait des études ou pas. C’est pour ca qu’il faut mettre l’accent sur l’éducation.  Si une femme n’as pas fait d’études, elle sera une femme au foyer, qui passera son temps à faire des enfants, la cuisine, le ménage et à jouer aux cartes ou à avoir des petits boulots. Elle vivotera, elle ne sera pas forcément respectée par son mari. Lorsqu’une femme est capable de s’autonomiser financièrement et d’avoir un travail parce qu’elle a fait quelques études, l’homme ne peut pas la mépriser ou la réduire à un second role. La question fondamentale c’est l’éducation : pousser les jeunes dans l’éducation c’est ce qui rééquilibrera la situation.

Sœurs Sophie, Edith, Rachel et Laetitia redonnent ainsi confiance dans la vie à des dizaines de jeunes chaque année depuis vingt ans. Les filles seront professeurs de Zumba, comptables, assistantes, chefs cuisiniers, les garçons seront eux aussi chefs, couvreurs, policiers ou occuperont à leur tour un poste au sein d’ACAY. Mais les sisters auront surtout réussi leur mission auprès d’eux : les sortir définitivement des bidonvilles d’où ils venaient, de la rue où ils dormaient, des prisons où ils sombraient, des gangs où ils subissaient une pression meurtrière sous ses airs solidaires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s